Le Ter


Historique du quartier

Entamé durant les années 60, l’ensemble du Ter répond à l’opportunité rare de concevoir un quartier de ville dans sa totalité. A l’ouest de Lorient, remarquablement placé en bordure de l’étang et du bois du Ter ce vaste site était quasiment vierge après guerre. La volonté des concepteurs était de réaliser un ensemble cohérent de logements individuels économiques regroupé autour d’immeubles collectifs et les équipements communs tels que commerces, écoles, parcs, une chapelle était également prévue. Le tout traversé par un système de voies bien hiérarchisé, le quartier est perçu comme un véritable village moderne.

Les maison individuelles bénéficient ici des recherches sur la standardisation et la rationalisation des méthodes de construction expérimentées à la Reconstruction. Que ce soit par leur mode de fabrication, leur architecture ou leur implantation sur le site. Le quartier est ainsi formé de la répétition de plusieurs modèles qui peuvent varier selon les rues. Toit en pente d’ardoises ou toiture terrasse, implantés en bande ou jumelée l’objectif sera de libérer l’espace vert et d’obtenir un équilibre entre végétal et bâtis.

La partie du Ter présentée ici est l’aboutissement de cette logique. Cet ensemble de quatre vingts maisons individuelles dû aux architectes Romualdo, Pronost et Vallin, combine plusieurs variantes d’un même modèle de maison. La formule type étant formée en « L » d’une partie rez de chaussée à toiture terrasse et d’une autre à toiture d’ardoises, ce décalage et la forme du bâti permettant de limiter les vues de voisinage.

Chaque parcelle semble différente et possède plusieurs accès. Elles s’inscèrent dans un ensemble de ruelles où la circulation est volontairement freinée. Les parkings sont regroupés en petites unités et les voies, étroites et sinueuses.

Retour en haut