Bataille des Ardennes


Récit de la bataille des Ardrennes du 26 août 1914 au 1er septelbre 1914 par le Service de la Mémoire et de l'Information Historique de la Nécorpole nationale de Rethel dans les Ardennes.

Après l'échec de son offensive dans les Ardennes belges, le 22 août 1914, la 4e Armée française bat en retraite vers la Meuse, derrière laquelle elle se replie, poursuivie par la 4e armée impériale allemande du Duc de Wurtemberg, de Mézières à Stenay.

Les pont sont détruits sauf ceux de Mouzon et de sedan. Le commandant d'armée, le général de Langle de Cary, décide de tenir tête à l'ennemi qui atteint le fleuve le 26 août, le traverse à Sedan ainsi que sur un pont de bateaux lancé à Donchery. Les allemands sont contre-attaqués par les 52e et 60e divisions d'infanterie, par le 11e corps d'armée aidé de la 34e Division du 17e corps d'armée. Les Vendéens du 93e Régiment d'Infanterie défendent le Bois de la Marfée. La bataille se généralise le 27 août, s'étend jusqu'à Signy-L'Abbaye où le 9e corps d'armée du général Dubois prolonge la 4e armée jusqu'à la 5e armée qui bat en retraite sur l'Aisne.

Grave menace, la 3e armée impériale allemande apparaît face au 9e corps d'armée car elle a fait sa jonction avec la 4e armée impériale. Pour s'opposer à l'ennemi, la 4e armée française doit alors prendre un dispositif en équerre puis contre-attaquer.

La 3e armée impériale veut envelopper la 4e armée mais en exécutant cette opération, la Division marocaine du général Humbert stoppe l'ennemi à Signy-L'Abbaye. Les combats font rage à Thin-le-Moutier, à Dommery et à la Fosse-à-l'eau.

Durant deux jours, le général Dubois ralentit la 3e armée impériale. Le 30 août, le détachement Foch est créé avec les 9e, 11e, 52e et 60e division d'infanterie et la 9e DC. Les combats continuent contre la 3e armée.A l'est à Nouy, la 36e brigade de la 17e Division d'Infanterie se bat de 7h à 16h contre la 32e Division d'Infanterie Saxonne.
Une batterie allemande de 77mm tire de près contre l'infanterie en lui interdisant de repasser l'Aisne, alors 6 pelotons des 5e et 6e escadrons du 7e Hussards chargent sabre au clair les canons, emmenés par les capitaines Tassin de Montaigu et de Desazars de Montgailhard. Les Hussards ont de lourdes pertes, un officier est tué mais les canons se taisent (territoire de Bertoncourt). 

A l'ouest, la 33e brigade et la division marocaine luttent contre la 23e Division d'Infanterie saxonne. La 9e DC est au sud de l'Aisne. Le 77 Régiment d'Infanterie défend Novy tandis que le 35e Régiment d'Infanterie est à Vauzelles. A 7h l'ennemi attaque ce village. Les artilleries françaises et allemandes entrent en action vers 9h30. Le 32e Régiment d'Infanterie contre-attaque pour aider le 135e Régiment d'infanterie mais les mitrailleuses lui fauchent plus de deux cents hommes. A 11h, le 77e Régiment d'Infanterie contre-attaque vers Auboncourt. La lutte se stabilise. Vers 14h, le Régiment colonial du Maroc attaque sur Bétancourt avec  le 68e Régiment d'Infanterie de la 33e Brigade. Les obus explosent sur eux, leur assaut échoue.

A partir de 16h30, les Français se replient en bon ordre. La 4e armée reste sur ses positions le 31 août puis elle bat en retraite en Champagne le lendemain.Son action a été très importante car elle a fait échouer un encerclement fatal.

Pour en savoir plus sur la Bataille des Ardennes

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut