Lycée Dupuy de Lôme


Une institution majeure à Lorient

Construit en 1822, le lycée Dupuy-de-Lôme est le premier établissement d’enseignement secondaire de Lorient.  Accueilli à sa création au sein de la mairie, il est ensuite installé à proximité de l’Arsenal sous la forme d’un « lycée-caserne » typique du 19e siècle.
En 1824, il devient collège et ouvre une classe préparatoire au concours d’entrée au Collège de la Marine. En 1863, il est transformé en lycée impérial. Il prend son nom actuel en 1922.

Détruit par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, il est réinstallé dans des baraques situées rue de Belle-Fontaine.
À partir de 1952, le lycée est reconstruit sur l’ancien étang du Faouëdic.

La reconstruction du lycée

L’influence des campus américains

La première urgence est de construire l’internat des garçons, puis progressivement le bâtiment scientifique, le groupe féminin, le réfectoire en 1964, le gymnase en 1965, et pour finir l’administration et la chapelle en 1966.

Le projet initial est de créer un site influencé par les campus américains puisqu’il prend la forme d’un complexe d’enseignement entouré d’espaces verts. La conception est unitaire, la circulation aisée et les établissements ont la possibilité de s’étendre. Plusieurs unités sont dispersées sur la totalité du terrain alors disponible. Il est prévu d’y rassembler plusieurs collèges généraux et techniques.
Les services généraux sont communs, en contact avec la rue, tandis que le réfectoire et l’infirmerie sont au centre du lycée.

L’architecte Georges Tourry préfère également favoriser les déplacements plutôt que de concentrer les élèves dans des cours fermées. L’espace libre permet à la lumière d’entrer dans les salles de cours. Les jardins donnent une unité à l’ensemble.

Une construction qui allie les méthodes de préfabrication et de standardisation

La construction du lycée Dupuy de Lôme est réalisée selon les méthodes de préfabrication et de standardisation. Une grue posée sur des rails longeait les bâtiments pour disposer les éléments, les assembler sur place et construire les bâtiments plus vite et de manière rationnelle. Le système constructif se fonde sur la répétition d'un module de façade épuré qui rythme les bâtiments. L’élégance de cette architecture se place notamment dans le rythme et la finition de ses ouvertures.

Le plan initial du lycée est conçu par l’architecte Georges Tourry. Il est ensuite réapproprié par l’architecte Maurice Ouvré. Il cherche à lui donner plus d’intimité et d’équilibre. Il utilise par exemple des panneaux de gravillons lavés pour la construction des bâtiments, ou encore des cadres en béton blanc qui donnent une expression originale aux façades, comme notamment celle du réfectoire. La chapelle du lycée, au plan courbe et aux vitraux cubistes, fait allusion à la chapelle de Ronchamps réalisée par l’architecte Le Corbusier.

Dès 1969, l’usage du lycée évolue avec la réunion des garçons et filles au sein d’un même établissement.

La restructuration du lycée à partir de 2005

Les bâtiments montrant des traces d’usure prématurée, le lycée est restructuré à partir de 2005 par l’agence d’architecture lorientaise DDL et va continuer à évoluer dans les années à venir.
Les architectes se sont attachés à conserver le rythme de l’architecture de la Reconstruction, en y associant l’esthétique du béton brut,  du verre et de l’aluminium.

Le projet était de densifier les espaces de cours tout en conservant l’esprit d’origine du lycée : réunir plusieurs écoles autour d’un parc, même si l’on se rapproche davantage aujourd’hui de l’esthétique d’un cloitre.

Certains bâtiments ont été déconstruits, d’autres ont changés de destination. Initialement rue Le Coutaller, l’entrée a été déplacée et orientée vers les Halles de Merville. Les salles de cours ont été rassemblées pour éviter des déplacements trop importants aux élèves. Un axe structurant a été créé au cœur du lycée pour rassembler les élèves autour d’une galerie couverte.

Le lycée accueille aujourd’hui 1 885 élèves dont le tiers suit une filière post-bac  (classe préparatoire, BTS ou diplôme de gestion).

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut