Haut-relief Neptune de René Letourneur


René Letourneur (1898-1990), sculpteur parisien, est désigné pour la réalisation d’un motif décoratif, sur une suggestion de l’architecte chef de groupe du projet de recontruction de l'Hôtel de Ville de Lorient, Jean-Baptiste Hourlier, lors du conseil municipal du 7 septembre 1957.

L’administration municipale lui avait d’ores et déjà  fait savoir que la sculpture qui ornera cette façade imposante et majestueuse ne doit pas être dans un style trop abstrait car il s’agit de l’apposer sur un hôtel de ville qui doit durer et que par conséquent l’œuvre qui y sera scellée pourra être de tous les temps. Ce travail est assuré sous le contrôle de l’Association Syndicale de Reconstruction de Lorient aussi c’est avec le commissaire à la reconstruction qu’il signe un contrat.

Le 6 janvier 1958, l’artiste présente à Lorient des maquettes de son projet : un motif de 5,30 mètres de largeur sur 4,50 mètres de hauteur. Son œuvre, qui a pour thème la fondation de Lorient, n’est pas une représentation des armoiries de la ville. En effet, il souhaite représenter une cité née de la mer au temps de la Compagnie des Indes : la ville y est figurée par un voilier et un Neptune chevauchant un animal fabuleux (mi-cheval, mi-poisson) escorté de dauphins.

Un avant-projet de haut-relief en bronze projeté est retenu par le conseil municipal le 8 février 1958 pour un montant de 7 000 000 de francs. L’œuvre est exécutée grandeur nature dans son atelier, moulée et transportée pour être mise en place sur la façade de l'hôtel de ville.

Pour la réalisation de ce bronze, il pense projeter à l’intérieur du moule, du métal (deux millimètres de bronze coulé soutenu par six millimètres de zinc) dans lequel il noiera les armatures utiles à la parfaite liaison avec le mur dans lequel sont réservées les ouvertures nécessaires.

Finalement, après plusieurs tentatives, il expose en personne au conseil municipal du 27 décembre 1958, qu’il est obligé d’abandonner sa formule d’exécution en bronze projeté car ce procédé n’est pas viable dans des proportions aussi importantes. Il précise qu’il avait préféré cette solution à celle du bronze coulé qui a une valeur et une durée de vie très supérieure au projeté, par soucis d’économie financière pour la ville et que par conséquent il en supportera seule la charge complémentaire. En remerciement de son honnêteté, le conseil vote alors un crédit complémentaire de 1 500 000 francs. Le haut-relief est installé sur la façade de l’Hôtel de ville en 1959.

René Letourneur, grièvement blessé et gazé en 1918, reprend ses études artistiques débutées avant-guerre. Premier Grand Prix de Rome de sculpture en 1926, l’artiste est très marqué par ses voyages en Italie et en Grèce où il découvre les trésors de l’Antiquité. Il exécute de nombreuses œuvres de commande pour des collectivités ou des mécènes.

À Lorient, outre le haut-relief de l’Hôtel de ville, il réalise également :

  • le haut-relief en pierre d’Euville la Vierge à l’Enfant installée au portail de l’église  Notre-Dame-de-Victoire
  • les quatorze stations du chemin de croix de l’église Notre-Dame-de-Victoire en pierre gravées polychromes
  • petits bas-reliefs en bronze (symboles des Évangélistes) pour les ambons de l’église Notre-Dame de Victoire
  • la statue la Ve République de 2,20 mètres de haut fondue en bronze et patinée pour le salon des mariages de l’Hôtel de ville
  • deux bas-reliefs en bronze pour la façade de l’ancienne Caisse d’Épargne de l’avenue du Faouëdic
  • un bas-relief en pierre (taille directe) de 4 mètres sur 3 pour la chapelle de la Providence
Retour en haut