Le parc des sports, le patrimoine sportif monumental : démocratisation et naissance d’un patrimoine des sports


Le développement des pratiques sportives au 19ème siècle a amené l’aménagement successif de deux vélodromes et de deux stades. A partir des années 1930, avec l’essor d’une société de loisir, la pratique sportive se démocratise. Le Boxing-club Lorientais né en 1921 organise par exemple un combat officiel dans un jardin public, les juges sont encore assis à même le sol. Ils seront ensuite organisés au sein de la prestigieuse salle des fêtes de Lorient et une salle de boxe ouvrira sous l’égide du C.E.P. de Lorient en 1937.

La ville de Lorient développe l’ambition de réunir tous les sports en un seul endroit dans le cadre d’un ambitieux projet à proximité immédiate du centre de Lorient. Un ancien terrain militaire au Faouédic est mis à disposition de la ville. Les travaux sont dirigés par l’architecte municipal, Léon Nabat, à partir de juin 1923. Le parc des sports du Moustoir est inauguré le 25 mai 1924 par le député-maire Edouard Labes.

Le parc des sports est doté d’un terrain de 165 mètres sur 83 mètres est aménagé pour le football (112 mètres entre les deux buts). Derrière les buts, un espace est dédié au lancer de poids, au saut en hauteur et au « saut en largeur ». Une piste de course de 400 mètres longe le terrain.

Très attendue, une piste cycliste en ciment  de 430 mètres entoure ce terrain, construite sur un tablier de poutres en béton armé « système Hennebique ». Ce système, breveté, utilise des poutres en béton comprenant une armature de tiges de fer maintenues entre elle par des étriers, et permet de s’adapté aux formes courbes du vélodrome.

Des galeries pour le public sont construites en arrière des virages en pente, où l’on les cyclistes peuvent aller jusqu’à une vitesse de 80 km/h. 

Ce stade central est complété par des espaces dédiés à la pratique de la gymnastique, du tennis, de l’escrime et de la boxe. L’ensemble forme le premier grand édifice du patrimoine des sports lorientais. Le projet de construction d’une première piscine est rejeté en 1932 par la municipalité, qui le juge trop somptuaire pour la ville, et un gymnase complète les équipements en 1934.

Avec le soutien du ministère, une piscine est alors projetée à l’école de Keroman située à 1 500 mètres en 1936. La construction de l’école et de sa piscine intérieure n’est terminée qu’en 1941, après avoir été réquisitionné par l’armée allemande. Endommagée par les bombardements de 1943, elle ne sera pas reconstruite après la guerre.

 Alors que le Parc des sports vient d’être inauguré, Mme Cuissard, patronne d’un magasin de mareyage, décide de fonder une équipe avec ses employés en 1925 : la Marée Sportive. L’équipe corporative devient amateur le 2 avril 1926 : c’est la naissance de l’actuel Football Club de Lorient qui joue toujours aujourd’hui sur le site du Moustoir, même si le stade n’est plus le même.

Le parc des sports est un lieu important pour la population et les rassemblements. Il sert de lieu d'arrivée pour la 4ème étape tu Tour de France en 1939. Endommagé par la guerre, il est utilisé à la Libération de la poche de Lorient comme lieu de stockage de matériel militaire, notamment saisis aux troupes allemandes.

Le parc des sports du Moustoir sera néanmoins remis en état dès 1951, simultanément à la reconstruction du lycée Dupuy-de-Lôme sur le même site. Il accueille l’arrivée de la 6ème étape du Tour de France entre Saint-Malo et Lorient en 1956, qui attire 9 000 personnes. Il est remplacé par un nouveau stade en 1959, et est détruit pour laisser place à l’agrandissement du lycée Dupuy-de-Lôme.

C’est à cette période que naît le premier patrimoine des sports de Lorient qui marque la ville contemporaine. La construction de la piscine de l’école de Keroman et du parc des sports du Moustoir destiné à rassembler les pratiques sportives incarnent ce patrimoine moderne en adéquation avec le contexte social et économique des années 1930.

L’utilisation du béton armé type Hennebique pour la piste du vélodrome et l’édification de gradins couverts, mais également l’élévation d’une clôture et d’une porte d’accès surplombée des armes de la ville, contribuent au rayonnement de Lorient dans le milieu sportif de l’entre deux-guerre mais aussi à intégrer cet élément patrimonial dans l’histoire du patrimoine des sports de Bretagne. Cet ensemble survivra à la Seconde Guerre mondiale, mais sera remplacé par un nouveau stade lors de la Reconstruction de la ville.

Pour aller plus loin : http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/velodrome-du-parc-des-sports-rue-jean-le-coutaller-lorient/5b380fed-0f62-4046-b303-2d7daf9c12e5

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut