Le stade du Moustoir, la reconstruction et le sport : la Reconstruction des structures sportives


La pratique sportive n’a pas été l’effort premier de Reconstruction, et les premières réinstallations se font en baraques, comme les vestiaires du stade de Kersabiec.

La Reconstruction de la ville de Lorient n’entrainera pas un déplacement conséquent du stade puisqu’il s’intègre parfaitement au nouveau cœur de ville qui s’est déplacé autour du bassin à flot. Simplement déplacé de l’autre côté de la rue Jean Le Coutaller pour laisser le lycée Dupuy-de-Lôme s’étendre et domine la place où se trouve l’hôtel de ville. Georges Tourry, l’architecte en chef de la Reconstruction de Lorient, place ainsi le parc des sports au contact du parc Jules Ferry, en écho avec le palais des congrès qui ouvre sur le port de plaisance.

Le terrain de football est à nouveau associé à une piste de cyclisme en béton. La construction de la première tribune en 1958, dont les travaux sont suivis par Georges Tourry lui-même, permet d’accueillir 2 500 spectateurs et présente de réelles qualités esthétiques et techniques. Lors de son inauguration l’année suivante, le stade est agrandi d’une seconde tribune et peut accueillir au total 6 000 spectateurs. L’aménagement de nouveaux espaces et l’accueil du public sur la piste du vélodrome permettent de réunir 12 000 personnes pour le premier match professionnel en 1967.

Ce stade est aujourd’hui le stade d’accueil du F.C. Lorient. Comme le parc des sports précédents, c’est un lieu important pour la population lorientaise, au-delà des pratiques sportives. Le stade réunit notamment le championnat national des bagadou et des concerts du Festival Interceltique depuis 1971.

La construction d’un gymnase omnisport dit, « gymnase Tour des portes » s’ajoute aux installations du stade. On prévoit initialement une salle à usage scolaire avec gradins de 1 100 places et une grande salle avec gradin de 3 500 places. Le gymnase, finalement plus modeste, est inauguré en 1969 avec une capacité d’accueil de 1 000 spectateurs. Il est complété en 1971 par l’aménagement de terrains extérieurs et des courts de tennis.

Dans la continuité des projets d’avant-guerre, une piscine est envisagée sur ce même secteur à partir de 1962, d’abord prévue à l’est du stade puis finalement au sud-ouest, à son emplacement actuel. L’architecte Maurice Ouvré édifie un bâtiment de grand volume, largement ouvert vers le sud pour profiter de la lumière et s’intégrer à la ville. La structure est innovante, associant du béton armé, de l’acier soudé et un revêtement en tôle d’aluminium. Elle est inaugurée en 1967 et dédiée à la pratique sportive de la natation, sans espace ludique.

Au-delà des équipements sportifs du Moustoir, les quartiers et les écoles sont progressivement également dotés de terrains de sport et de gymnases. La construction du collège national technique de Lorient, l’actuel lycée Colbert, en est un exemple. Il est assuré par Georges Tourry, architecte en chef de la Reconstruction de Lorient alors qu’il suit encore la construction du stade du Moustoir.  En partenariat avec l’architecte René Ouvré, il dresse les plans d’un grand gymnase constitué de trois salles et terminé en 1963.

Endommagé par les bombardements, le gymnase du quartier de Kerentrech est déconstruit après la guerre. Sa reconstruction est réalisée par René Grihangne et René Delayre entre 1961 et 1966. Il a la particularité d’être doté d’un escalier extérieur et d’une charpente métallique, réhabilitée dès 1981.  Le gymnase de Kersabiec par exemple est bâti en 1962 par Henri Conan et René Millot au nord du terrain de sports de Keryado, à l’initiative du foyer laïque de la commune de Keryado. De 40 mètres sur 20 mètres, il dispose de tribunes latérales. Il est agrandi vingt ans plus tard.

La période de la Reconstruction incarne ainsi un second moment de développement important pour le patrimoine des sports de la ville de Lorient, dont plusieurs équipements sont encore utilisés aujourd’hui.

L’effort de Reconstruction édifie un nouveau parc des sports autour du stade du Moustoir, construits par Georges Tourry et de la piscine par Maurice Ouvré. O n y retrouve toute les caractéristiques du mouvement moderne de la Reconstruction, et notamment l’audace technique d’une casquette de béton construite sans pilotis et néanmoins associée à lignes graphiques épurées et équilibrées. Georges Tourry était renommé pour avoir déjà construits des grands édifices publics avant la guerre, des ponts dont on retrouve ici l’élancement mais aussi le stade scolaire de Montreuil à Paris.

 Maurice Ouvré de son côté s’est inspiré du travail d’Auguste Perret pour de nombreuses réalisations, mais ici c’est l’influence de Jean Prouvé qui est à l’origine de l’utilisation de l’aluminium dans la conception d’un bâtiment. La construction des gymnases se fait sur la base de charpentes métalliques ou en béton qui forment l’ossature des bâtiments, dont le clôt et le couvert sont ensuite fait par souci d’économie de moyen et de vitesse d’exécution.

 Ce mode de construction a permis par la suite de rénover et d’agrandir ces gymnases sans en affecter la structure, et de parfois garantir jusqu’à aujourd’hui la pérennité de ce patrimoine des sports mal connu, et pourtant signé de grands architectes de la Reconstruction de la ville.

Pour aller plus loin :

Salle omnisport du Moustoir : http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/salle-omnisports-du-moustoir-rue-du-tour-des-portes-lorient/4a773ba1-3b04-4642-a85d-cef79f389d19

Salle P. Guyader : http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/salle-pierre-guyader-4-rue-du-professeur-maze-lorient/215ca2f8-a99b-43de-8cc4-3e665a5f32ee

Gymnase du lycée Colbert : http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/gymnase-du-lycee-colbert-117-boulevard-leon-blum-lorient/ee8d6c0d-a6bb-462c-97cb-b8397370ef72

Gymnase de Kerentrech : http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/gymnase-du-college-de-kerentrech-rue-galabert-lorient/850dcbf8-b15e-4b4b-b328-089227ced486

Gymnase de Kersabiec : http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/gymnase-de-kersabiec-28-rue-de-kersabiec-lorient/2d86c448-b899-449f-a633-f5ee7a9a4722

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut