Parc de Tréfaven (ou parc du Bois-du-Château)


À l’origine, il s’agit d’une zone non constructible, en raison d’un périmètre de sécurité aux abords de la poudrière du château de Tréfaven. En 1970, ceux sont des prés et marécages ainsi que les anciennes terres du manoir de Saint-Uhel et du Château de Tréfaven. À partir de 1966, ces terrains sont peu à peu acquis par la municipalité. En avril 1970, toutes les terres nécessaires acquises, la ville lance un concours pour l'aménagement du parc. Sept paysagistes déposent un projet. Le 23 octobre 1970, le projet de la maison Moser de Versailles est retenu.

Le 24 octobre 1970, le maire, Yves Allainmat, annonce par le biais de la presse, l'aménagement d'un parc public de 10 hectares entre les rives du Scorff et le quartier du Bois-du-Château, à la grande surprise de tout le monde et surtout des journalistes. Il y plante le premier des arbres importés par la société Moser, en charge de l'aménagement du parc, un cèdre de l'Atlas, le 28 octobre 1971. Le parc va posséder 74 000 m2 d'espaces plantés, 11 200 m2 d'allées, 4 000 m2 d'aires de jeux et de repos, 1 200 m2 d'aire de repos et 700 m2 cimentés pour patins à roulettes.

Dans le parc, il subsiste des traces des anciennes prairies agricoles qu’il occupe : un talus avec quelques pommiers, des châtaigniers et des chênes centenaires près du plan d’eau. L’étang a deux fonctions : et régulation des eaux de pluie.

Les aires de jeux, sont longées par un muretin sont situées en hauteur du plan d'eau d'une superficie de 4 300 m2. Le projet Moser prévoyait un éclairage continu de cette espace. Deux pédiluves occupant 260 m2 pour les enfants sont alors adjoints à l'étang. Ce parc symbolise la fin du plan d'aménagement du nouveau quartier d'habitation du Bois-du-Château.

Le 17 mars 1987, un kiosque à musique en bois est inauguré dans le parc de Tréfaven au Bois-du-Château monté par 15 jeunes en réinsertion sociale et professionnelle de l'Association des foyers du Morbihan. La structure est en pin traité aux sels métalliques pour assurer son imputrescibilité. Livré en kit, il est ceinturé par une large terrasse qui repose sur pilotis. Pour l’occasion, un concert de l’ensemble du cor de chasse de la fanfare du Foyer laïque de Keryado et du petit ensemble de l’amicale des accordéonistes à lieu.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut