Le FLK


Les activités au Foyer Laïque de Keryado

Le Foyer Laïque de Keryado dépose ses statuts le 7 avril 1936 avec trois sections : théâtre, gymnastique et musique. Son siège social est installé au stade de la Vigilante. Le but de l’association mise en place par la municipalité de Jean Le Maux est la promotion de l’éducation physique et de l’éducation populaire en soutenant moralement et matériellement les œuvres scolaires, post-scolaires et les écoles laïques. Il est agréé sport par le ministère de l’Éducation Nationale le 11 octobre 1945 et éducation populaire en mars 1958.

Une colonie de vacances est mise en place à Quistinic dans le Finistère en 1957. Durant l’été 1968, 110 garçons et filles de Keryado, âgés de 7 à 14 ans passent un mois en colonie dans l’école des filles de la municipalité de Trégunc (Finistère).

Avant de partir plus loin à Bussang dans les Vosges puis en Allemagne. En 1938, La Vigilante qui ne compte plus que les sections athlétisme et football, fusionne avec le FLK. Le 11 septembre 1938, pour l’inauguration du terrain du Patronage Laïque de Lanveur l’équipes 1 B et l’équipe première de football de la Vigilante sont invitées. Sans surprise, La Vigilante qui évolue alors en 1ère division remporte les deux matchs : 6 – 2 et 6 – 1.

Durant la Seconde Guerre mondiale, seule les sections football et athlétisme sont maintenus. À partir des années 1950, la population plus importante et l’effet du baby-boom, permet au FLK de prendre de plus en plus d’ampleur. En 1965, avec le PLL et le concours des écoles primaires et secondaires ainsi que des Éclaireurs de France, le FLK organise une fête de la jeunesse.

La section basket créée en 1947 puis celle du handball créée en 1965 se développent. Face aux bons résultats de l’année 1959 pour le basket (deuxième au championnat FFBB du Morbihan, premier en championnat départemental UFOLEP et finaliste du championnat de Bretagne FFBB pour les cadets), l’adjoint spécial de Keryado Roger de Vitton, promet lors de l’assemblée générale de janvier 1960, de soutenir la construction d’une salle de basket. Lors de cette même assemblée générale, Jules Le Flohic, marchand de beurre de profession, qui sera adjoint spécial de 1966 à 1976 est élu président d’honneur de l’association.

La section tennis de table est créée en 1956. Si un jumelage est créé en 1988 entre cette section et le club d’Oggersheim (l’un des douze districts de Ludwigshafen), les premières rencontres avec des pongistes allemands ont lieu dès 1959. Des rencontres ponctuelles avec différents clubs de la ville allemande. La section gymnastique, un temps disparue, réapparaît en 1959 avant de disparaître à nouveau quelques années plus tard. En 1971, une nouvelle section y palie : la gymnastique volontaire. En 1960, la section plein-air regroupe trois quartiers : Keryado, Kerentrech et Lanveur.

La section éducation populaire qui regroupe les patronages de Keryado et Kerentrech est dotée en 1959 d’un appareil de cinéma parlant et d’un electrophone, donnés par la direction de la jeunesse et des sports. L’appareil de cinéma est aussitôt mis en service pour la colonie de vacances. Le judo est pratiqué depuis 1970, l’équitation depuis 1974, le cyclotourisme depuis 1977, la natation à la piscine du Bois-du-Château depuis 1979, le ski nautique depuis 1980, le squash et la danse depuis 1981, le triathlon et les fléchettes depuis 1987, le Nihon Taï Jitsu depuis 1995, le badminton depuis 1998, le pancrace depuis 2001.

En 1981, le Centre chorégraphique du City est créé ainsi que la Compagnie du City. Le centre fonctionne tous les jours de 17h à 20h et de 20h à 22h : section classique, section jazz et section adulte le soir. La troupe fait ses premiers pas à la kermesse du FLK. La Compagnie du City est une troupe déjà quasiment composée à laquelle s’ajoutent des éléments du Centre chorégraphique. Danseurs, musiciens, peintres et chanteurs travaillent d’ailleurs déjà en juin 1981 sur un projet présenté au City les 13 et 14 novembres suivant.

Une section inter-quartier voit le jour en 1960 : la section plein-air pour Keryado, Kerentrech et Lanveur. En plus de ces sections, plusieurs activités sont proposées : la randonnée, le chant, la danse irlandaise depuis mars 2010, la respiration, le Qi-Gong, la photographie, le yoga… Les membres de l’association Au Triangle des Darts’Men créée en 1985, rejoignent le FLK en 1992 après sa dissolution. Le 29 février 2004, deux cents coureurs se sont inscrits pour les premières foulées de Keryado organisées par le FLK.

Le 1er février 1982, l’ancienne fanfare du Réveil laïque lorientais devient la Fanfare de Foyer laïque de Keryado. En 1987, la section vieillissante de l’Amicale laïque de La Villeneuve – Le Manio qui a rejoint les rangs du FLK en 1961, est rejointe par un groupe de jeunes. En 1990, elle organise toujours un défilé costumé qui se termine comme le veut la tradition dans le gymnase.

Section des Amis de l’école laïque de Keryado

Depuis 1958, il existe la section des Amis de l’école laïque de Keryado qui compte 60 membres dès sa mise en place en janvier. Des sorties scolaires sont mises en place dès la première année. Elle organise les bals costumés du mois de février dans le gymnase de Kersabiec. Pour y aller, on pouvait utiliser les costumes du vestiaire de la section constitué au fil des années ou les louer Au petit bazar de Keryado. Ces bals sont la seule ressource de financement de la section et la construction du nouveau gymnase contribue à son succès grandissant. En 1959, pour sa deuxième année de fonctionnement, elle organise trois bals et la kermesse. Avec l’émergence des nouveaux groupes scolaires, il n’est plus question d’envisager des sorties scolaires ou des séances récréatives aussi les dépenses de la section se limitent alors à l’achat de matériels divers. Chaque année, la section organise un arbre de noël et un spectacle de marionnettes au Family pour les 100 à 120 enfants de l’école maternelle publique. Elle organise aussi la kermesse du mois de juin. En 1975, après la fin des travaux d’agrandissement du gymnase commencé en 1974 pour les sections judo et tennis de table, un local spacieux et bien aménagé est réservé aux Amis de l’école laïque.

Le centre de Kergaher

En 1959, le Foyer laïque de Keryado a voulu acquérir, pour héberger les colonies de vacances, un manoir sur les bords de la Laïta mais la démarche échoue à cause de crédits insuffisants. Ne se laissant pas décourager, l’association acquiert aussitôt un terrain de deux hectares et quarante-cinq ares au lieu-dit Kergaher en Guidel. Le projet est estimé à quinze millions de francs, subventionnable pour moitié par l’État. Il devra comprendre un réfectoire de 100 places, trois dortoirs de 40 lits, un bloc cuisine, un bloc sanitaire et des douches, une infirmerie…

Pour l’été 1960, même si les bâtiments ne sont pas construits, le FLK veut y faire fonctionner un centre aéré. En 1962, 250 enfants s’y rendent chaque jeudi (600 dès 1968, la fréquentation monte jusqu’à 800 enfants). Le financement du projet a été rendu possible par une convention établie en 1962 entre la ville de Ludwigshafen (Allemagne) et le FLK.

Le centre est inauguré en 1963 en présence du maire de Ludwigshafen, Hans Klüber qui plante un arbre de l’amitié pour l’occasion. Cet arbre est toujours présent à l’entrée du centre. En 1974, un hall d’équitation est créé. Au début des années 1990, le centre connait de grands travaux de réaménagement, soutenus financièrement par la ville de Ludwigshafen. Une nouvelle inauguration a lieu en 1993.

Le chalet de Château-Bernard (Vercors)

En plus des activités sportives qui continuent leur développement et leur diversification (cyclisme, kayak), Yves Daouphars, président de 1970 à 1995, met en place des colonies de vacances, des classes de neige pour les écoles de Keryado, des vacances familiales notamment l’hiver à la neige, à Château-Bernard (Vercors) où le FLK achète le 20 février 1974 un hectare de terrain et un immeuble inachevé pour 120 000 francs.

La volonté affichée par Yves Daouphars dès 1969 est d’aider d’avantage de Lorientais à pratiquer le ski à la montagne à « un prix démocratique ». Beaucoup de Keryadins et même d’habitants du pays de Lorient ont ainsi pu découvrir la montagne et apprendre la pratique du ski alpin ou du ski de fond. L’un des moniteurs de ski alpin n’était autre que le fils d’Yves Daouphars alors que lui encadrait la pratique du ski de fond pour les adultes. Faute de financement, Yves Daouphars annonce lors de l’assemblée générale de l’association du 14 février 1975 que le projet d’extension de l’immeuble et d’aménagement pour lequel il espérait une ouverture aux jeunes lorientais pour l’été 1975 est compromis. En effet, la caisse des dépôts et consignation qui a émis un premier avis favorable vient de se rétracter. Il fait cette annonce devant les 250 personnes qui remplissent la salle du City alors qu’il sait déjà que le maire Jean Lagarde s’est engagé à pallier cette désaffection. Le chantier du chalet du Vercors est donc maintenu. Le chalet est situé dans le massif boisé du Vercors à 950 mètres d’altitude et à 30 kilomètres de Grenoble au pied de la montagne dite les Deux Sœurs Agathe et Sophie qui culminent à 2 056 mètres au-dessus du col de l’Arzelier.

Le FLK et le jumelage avec Ludwigshafen

Très investie dans le jumelage avec Ludwigshafen dès le départ en 1963, l’association passe une convention avec la ville allemande qui donne naissance au centre de loisirs de Kergaher. 120 jeunes allemands y sont accueillis dès le mois d’août 1963. Le FLK organise du 14 juillet au 5 août 1964 une première colonie franco-allemande à Habeaurupt dans les Vosges. Puis ce sera avec les lieux qui varient l’occasion pour les lorientais de Keryado de découvrir l’Autriche ou l’Allemagne. Le partenariat entre le FLK et la Blies (centre aéré de Ludwigshafen) dont le directeur était Ernst Kern, a vu le jour au commencement du jumelage. Cet échange a permis la mise en place des colonies franco-allemandes qui perdurent malgré des baisses de fréquentation et de subventions.

En 1965, le foyer encadre une rencontre sportive en marge de la formation des moniteurs de la colonie de Ramsen. Parallèlement, à partir de 1973 le foyer organise de nombreuses rencontres sportives, notamment lors des anniversaires du jumelage, et à partir de 1977 des stages franco-allemands autour de sports spécifiques (voile, équitation). Les premières classes de mer pour les enfants allemands sont organisée en 1977 et 1995 voit la naissance de la première classe de mer bilingue à Kergaher. La section natation organise des rencontres avec deux clubs de Ludwigshafen entre 1988 et 2010. Ce jumelage cesse avec la fusion de tous les clubs de natation de la ville de Lorient.

L’association reste très active pour les échanges franco-allemands. Elle organise un raid en zodiac entre Lorient et Ludwigshafen en 1988. La section cyclotourisme réitère alors son action réalisée en 1983 : se rendre à Ludwigshafen à vélo.

Fonctionnement du FLK

Depuis la création du foyer, six présidents se sont succédé : Julien Hurtaud (1936-)(également directeur de l’école de Keryado), Josse, Gicquel, Yves Daouphars, Jean-Paul Amalir et Michel Danion (13/05/2011 - 22/10/2020), Frédéric Richard (22/10/2020 - ?). En 2017, le conseil d’administration est composé de seize membres dont sept femmes. Les personnes à la présidence des sections sont membres de droit du conseil. Les sections hand-ball, basket-ball et natation ont disparu avec la fusion des clubs lorientais. Aujourd’hui, les statuts ont évolué et quatre collèges sont mis en place au sein du conseil : sport culture loisirs – centre de vacances – centre de loisirs – quartier de Keryado. Si ces manifestations sportives organisée sur Keryado sont connues (trail, triathlon, gala de danse, tournoi de football et de badminton), son troc et puce annuel est lui aussi devenu incontournable.

À l’origine, pour y adhérer, il est obligatoire d’être inscrit à l’école laïque. Les relations avec les organismes de la paroisse sont alors tendues. La société évoluant, en 2016, un rapprochement a lieu entre le FLK et la paroisse Sainte-Thérèse qui organisent conjointement la première rando cycliste et pédestre La Keryadine. Pour la deuxième édition où les cyclistes participants ont quasiment doublés, c’est le retour des courses de trottinettes pour enfants, très prisées des années 1950 aux années 1980.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut