Section de Keryado administrée par la commune de Ploemeur


Si les Keryadins demandent leur indépendance parce qu’ils se sentent notamment délaissés par les élus de Ploemeur au profit du bourg, ses derniers ont tout de même pris des décisions importantes pour la future commune.

Le 20 septembre 1871, le conseil municipal de Ploemeur à conscience de la nécessité d’implanter une fontaine à Keryado et aborde le choix d’un terrain où elle pourrait trouver un accord avec le propriétaire.

Le samedi 20 août 1872, une demande de fermeture des débits de boisson de la section de Keryado, à cause des bruits et nuisances répétées est présentée aux élus.

Le 17 novembre 1871, un rapport sur la création d’un cimetière ainsi que d’une école est présenté aux élus. Toutefois, la commission pour le choix du terrain pour le cimetière, n’est nommée que le 23 janvier 1875. Le 12 mai 1879, le montant du traitement du gardien du cimetière est fixé.

Le rejet de la demande, par le directeur des postes et télégraphe, pour la création d’un poste de facteur boitier est annoncée au ploemeurois le 26 décembre 1883. En mai 1891, des crédits sont voté pour réparer la boite postale de Calvin alors qu’un an auparavant, le directeur des Postes et Télégraphes adresse un courrier relatif au disfonctionnement de cette boite. Le 21 novembre 1897, une demande est soumise au conseil de Ploemeur afin que le service postal soit desservi par le bureau de Lorient au lieu de celui de Ploemeur. L’extraction de la section de Keryado de la circonscription postale de Ploemeur au profit de celle de Lorient est à nouveau débattue le 20 février puis le 26 juin 1898.

La création d’un chemin menant de la grande route au cimetière est décidée le 15 mai 1881. La purge des hypothèques légales, suite à l’achat d’un terrain pour l’implantation du chemin, est entérinée le 16 octobre suivant.

Une commission sanitaire spécifique à Keryado est nommée le 3 juin 1888 par mesure préventive en cas d’épidémies durant les grosses chaleurs.

Le 3 juin 1888, le maire demande à la commission des travaux de pourvoir à l’agrandissement du cimetière. Le 15 novembre 1891, un devis estimatif pour des murs de clôtures en vue de l’agrandissement du cimetière de Keryado est approuvé par le conseil municipal de Ploemeur. Les crédits pour le montage des murs sont accordés le 14 février 1892.

Le 14 août 1888, la première fête de quartier à lieu au bourg de Keryado avec de nombreux divertissements. La fête doit profiter aux commerçants, les promeneurs n’allant pas alors dépenser leur argent dans les communes et bourgs voisins. Les fêtes annuelles de Keryado sont lancées. L’année suivante, le 1er septembre, elles proposent diverses animations : mât de cocagne, jeu du fil, pipes enchantées, courses en sac, jeu de l’œuf, jeu de la poêle, grandes courses de vélocipèdes, danses bretonnes en plusieurs endroits de la section. Pour l’occasion, le maire de Ploemeur offre une barrique de cidre mise à disposition des promeneurs et des danseurs. L’année suivante, le 21 septembre 1890, de nouvelles animations font leur apparition : grosses têtes, courses pédestres ou mangeurs de bouillie. L’union musicale de Lorient et la Société de gymnastique y sont invitées.

Le 29 mai 1892, un projet de numérotation des maisons de la route de « Keryado », de Calvin et de la Villeneuve est établit et la commission des travaux présente également au conseil un projet d’installation de lampes d’éclairage sur la route de Brest (rue de Belgique). Le 2 mars 1893, le journal Le Nouvelliste du Morbihan indique que la numérotation de la rue de Brest part de Calvin en direction de la mairie. Pour le journaliste, la municipalité de Ploemeur devrait renommer la rue afin d’honorer un ploemeurois décédé ou non car à cause de l’homonymie avec la rue de Brest en Kerentrech, le courrier ne peut parvenir à son destinataire que grâce à l’intelligence des Postes. Des crédits pour la pose de consoles et lanternes d’éclairage, pour l’allumage et l’entretien est voté le 21 mai 1893. Keryado se développe et s’urbanise, aussi, le 20 novembre 1892, Ploemeur autorise la construction de maisons et dépendances selon des distances définies. Le 3 septembre 1893, le poste de garde champêtre dans la section de Keryado est créé afin de lutter contre le pillage et la fraude de l’octroi de la commune de Ploemeur alors que cette proposition avait été refusée au mois de mai précédent.

En avril 1894, la brigade de gendarmerie de Ploemeur voit ses effectifs réduire, aussi, dans l’intérêt de la sécurité des habitants et de la bonne administration de la police judiciaire, la section de Keryado est desservie à partir du mois de mai par l’une des brigades de gendarmerie en résidence à Kerentrech (3 kilomètres au lieu de 6 kilomètres de distance).

En septembre 1893, la municipalité de Lorient fait face à un refus de celle de Ploemeur pour sa réclamation d’une somme d’argent suite à une intervention des pompiers de Lorient pour un incendie qui s’est déclaré à Calvin. À partir de 1895, deux pompiers sont stationnés à Keryado.

Le 15 septembre 1895, le Conseil de Ploemeur débat au sujet des douets de Keryado, du Manio et de Kersabiec. Le 3 novembre 1895, la création d’un nouveau douet est abordée. Le 16 août 1896, l’abonnement au service d’eau de la ville de Lorient de la section de Keryado est acté. Le projet de traité entre les communes de Ploemeur et de Lorient pour la concession de l’eau nécessaire à l’alimentation de quatre bornes fontaines et d’un lavoir, est soumis au conseil de Ploemeur en avril et en mai 1897. Le 8 août, une commission de quatre membres est nommée afin de chercher les terrains susceptibles de recevoir les quatre puits et le lavoir public projeté. Le 13 novembre 1898, une cession de terrain est présentée afin de permettre la création d’un lavoir public. Un crédit de 300 francs est voté le 10 septembre 1899 pour l’exécution des travaux du futur lavoir communal.

En 1898, suite à une première demande de monsieur Guégan, vicaire à Keryado, le chemin qui conduit à la chapelle de Saint-Armel est équipé de bec de gaz pour éclairer le quartier. À partir du 1er décembre 1898, un poste d’allumeur de becs de gaz est créé sur Keryado pour un traitement de 25 francs par mois.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut