Zone industrielle et zone commerciale


Parallèlement au développement de l’habitat, la zone industrielle et les zones commerciales se développent.

La zone industrielle est aménagée en deux tranches. Une première de 15 hectares entièrement viabilisés dès 1964 pour 11 usines dont la biscuiterie Saint-Sauveur (Lu) la carrosserie Le bail et la société de confection de vêtements Belleteste et une deuxième de 22 hectares sur laquelle 14 entreprises envisagent de s’installer en 1965. Le 8 février 1974, la gestion de la zone industrielle d’une superficie de 65 hectares (Le Gaillec – Le Bourgneuf) est prise en charge par le Sivom.

La biscuiterie Saint-Sauveur est transférée de Lanester à Lorient le 25 août 1965 avec ses 120 employés. À partir de 1969, la gamme des produits sortant de chaque usine est réduite. Les spécialités de l’usine de Keryado sont la galette et quatre gâteaux en pâte feuilletée (Palmito, Sirtaki, Allantine, Tortillon. En 1987, 5 100 tonnes de biscuits y sont produits. Les effectifs sont de 270 employés. L’usine est équipée d’un pétrin qui a une capacité de 500 kilogrammes de pâte en 90 secondes. Il n’existe alors que 5 modèles identiques au monde. So four de 40 mètres est équipé de 88 brûleurs à gaz pour une surface de cuisson de 32 mètres carrés.

La fermeture de l’usine Lu – Saint-Sauveur installée sur un terrain de trois hectares, est annoncée en juin 1991 par Michel Simonnet, le nouveau directeur qui est responsable de la cellule de reclassement qui doit s’occuper des 173 salariés à reclasser.

 

Au 18 juin 1992, il reste une trentaine de personne à reclasser. À cette date-là, environ 150 personnes travaillent encore dans les bureaux et les ateliers. Une cinquantaine d’entre eux font partie des effectifs d’origine de l’usine. Les salariés restants qui ne sont pas encore reclassés, travaillent en juillet à la confection des lots. Tâche qu’ils reprennent après les congés de septembre s’ils sont encore là. 55 optent pour une mutation au sein du groupe (Nantes, Évian, Marseille, Athis-Mons, Granville). 23 partent en pré-retraite alors que 10 autres s’installent à leur compte. Une cinquantaine d’employés retrouvent un travail dans la bassin lorientais : Grillero (Guidel), Cuisilor, Isnard-Lyraz (Quéven), Cobral et Big Tartemer (Lorient), Frigifruit (Kervignac), Le Couviour (Pluvigner), STIME (Caudan), Plastiques d’Arvor (Gestel), Abilis (Kerpont), Spie-Trindel, TMT…

Les trois chaînes de production cessent complètement de fonctionner le 26 juin 1992 et sont transférées à Champagnac en Dordogne au cours du dernier semestre.

Avec la création des nouveaux quartiers, naît des projets d’équipements commerciaux plus vastes. Un projet d’installation d’un centre commercial dans la ZUP Lorient-Nord est présenté le 19 septembre 1971 par des représentants de l’Union coopérative lorientaise. Le centre commercial du Bois-du-Château dont les travaux commencent à la fin de l’année 1972, comprend une supérette Coop, un pressing, un tabac presse, une poissonnerie et une pharmacie aura une surface de 1 095 m2.

Alors que la CDUC avait donné son autorisation le 17 octobre 1978 pour l’implantation sur Lorient d’un Intermarché rue de Kerulvé (2 500 m2 prévus), elle rejette par la suite une nouvelle demande jugée non conforme au projet initiale avec un nouvel emplacement sur Keryado. Jean-Pierre Périgault est l’un des promoteurs du projet. Toutefois, en mars 1981, la demande de permis de construire n’a toujours pas abouti en raison de difficultés d’accès. Le projet ne voit pas le jour.

Le 4 août 1977, un permis de construire est délivré pour la construction d’un petit centre commercial d’une superficie de 1 400 m2 dont 756 destinés à l’Union Coopérative Bretonne pour une supérette d’alimentation et des boutiques (boulangerie, pharmacie, station-service, bar-tabac, presse et pressing-bonneterie) situé rue Robert Schuman à Saint-Armel. Les travaux de terrassement du futur centre commencent le 28 novembre 1977. L’implantation du futur Intermarché est lancée.

Neuf ans après l’ouverture du Rallye à Lanester, Lorient lance son projet de grande surface débattu depuis six ans. En effet, dès 1972, la Ville de Lorient souhaite structurer l’offre commerciale au nord de Lorient. Le projet initial comprend un cinéma, une discothèque, un magasin de meubles et une aire de jeux pour les enfants.

Dès le lancement du projet, l’appellation K2 est retenue. On peut penser K pour Keryado et 2 parce qu’il s’agit de la deuxième grande surface installée sur Lorient après celle de Kerolay. Les légendes peuvent être tenaces. Si le K représente bien Keryado, le chiffre 2 qui lui est accolé montre une volonté d’alors, de se démarquer et de créer un grand centre en rappelant les grands complexes de la région parisienne qui ouvrent à la même période : Rosny 2, Parly 2. Présenté pour la première fois à la commission départementale d’urbanisme commercial (CDUC) en 1974, le projet essuie son premier refus. En 1976, la commission donne son accord pour des aménagements sur 11 000 m2 de vente et 6 000 d’hypermarché. Un recours au ministre et la décision est annulée. Le dossier est modifié mais en 1977, la commission refuse le projet une nouvelle fois. En juin 1978, même conclusion.

En octobre 1978, le projet revu à la baisse avec 4 400 m2 de vente, est une nouvelle fois rejeté par la Commission départementale d’urbanisme où siège pourtant un élu lorientais.

Les promoteurs du projet dont le directeur du Prisunic monsieur Bogrand font un nouveau recours au ministre du commerce. On peut imaginer que la pétition de 10 000 habitants de Lorient-Nord a prêché en faveur du K2. Une décision ministérielle favorable est enfin donnée le 18 avril 1979 d’implanter à Kerulvé un grand centre commercial sur une superficie de 20 000 m² (7 600 m2 pour 4 400 m2 de vente). Le site comprendra un hypermarché de l’enseigne Euromarché, une galerie marchande pour une quinzaine de commerces, une cafétéria, une station essence, un parking de plus de 1 000 places. Une surface de vente finale de 3 800 m2 dont 600 m2 pour la galerie marchande.

Les travaux de terrassements commencent le 23 juin 1980. Pour faciliter l’accès à la zone commercial, le premier rond-point à l’anglaise de Lorient est aménagé rue du colonel Muller. L’aménagement du carrefour giratoire est acté par une décision du conseil municipal du 23 avril 1980. Le 3 avril 1981, alors que le chantier a démarré au mois d’août 1980, la presse confirme qu’il sera opérationnel en même temps que l’ouverture de l’hypermarché. Le retard pris pour acquérir un des bâtiments (un café) situé dans l’emprise du carrefour et les travaux préalables des services des PTT, ont rendus impossible sa livraison au 21 janvier 1981.

Le centre commercial K2 est inauguré le 20 mai 1981. Le maire Jean Lagarde et le député Jean-Yves Le Drian sont accompagné du skipper Éric Tabarly et de l’animateur de télévision Michel Drucker. À son ouverture, l’hypermarché d’une surface de 5 600 m2 est dirigé par Robert Bogrand qui l’exploite sous l’enseigne Euromarché puis Continent. Au début, le site du K2 est limité à un hypermarché, une cafétéria, une galerie marchande et une boite de nuit. L’extension est progressive.
La discothèque Force 7 ouvre en 1978. L’établissement, majoritairement fréquenté par des militaires, a vu de nombreuses bagarres. Après une dizaine d’années d’existence, le magasin Connexions s’installe dans ces locaux.

En 2000, la grande surface passe sous la bannière Carrefour. En 2011, le Carrefour emploie 185 personnes dont une vingtaine qui y travaille depuis l'ouverture en 1981. Si l’on tient compte de toutes les enseignes et des 24 boutiques de la galerie, la zone représente à cette époque un bassin d’emploi de plus de 500 salariés.

Aujourd’hui, le K2 avec notamment le parc d’activités de Lorient Nord, structure autour de lui de nombreuses enseignes qui offrent alors une importante zone de chalandise : Brico-Dépôt, Truffaut, Décathlon en juillet 1998 (à l’emplacement de l’ancienne usine Lu – Saint-Sauveur)), Kiabi, Casa…

La zone d’activités de Kerulvé de cinq hectares a continué d’étoffer l’offre commerciale proposée avec l’arrivée d’enseignes qui étaient déjà pour certaines installée sur Lorient : Boulanger, Gifi, Maxizoo, La Grande Récré…

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut