Spitz (rue amiral de)


Anne Henri Ferdinand Marie Gaston de Spitz est né le 30 mars 1859 à Fribourg (Allemagne) et décède le 3 février 1949 à Paris. Entré en service à Toulon en 1876, il est aspirant de 1ère classe à l'École navale à compter du 5 octobre 1879 sur le Suffren en Méditerranée. Le 5 octobre 1881, une fois enseigne de vaisseau, il quitte le cuirassé de station la Triomphante de la division navale du Pacifique pour le Voltigeur de la division navale du Levant puis sur les côtes d'Afrique occidentale. Le 19 septembre 1886, il est promu lieutenant de vaisseau puis est fait chevalier de la Légion d'Honneur le 30 décembre 1891. Après avoir effectué plusieurs campagnes en outre-mer, il épouse en 1893, Anne Thaïs Marie-Joseph Benoiste Desvalettes, la fille du maire de Pont-Scorff et d'Anne Louise Marie Audren de Kerdrel. Il devient donc le petit-fils par allaince de l'ancien maire Lorient, Casimir Audren de Kerdrel. En 1894, alors qu'il habite au manoir de Saint-Uhel (à l'angle de la rue Fauré et du boulevard du Scorff), et qu'il vient d'être breveté torpilleur à l'école des torpilles sur l'Algésiras, il est nommé adjoint au directeur des défenses sous-marines.L'année suivante, il commande l'école de pilotage des torpilleurs ainsi que le torpilleur 118. En 1897, nouvelle affectation, il part en Méditerranée commander l'Orage.
Le 1er octobre 1899, une nouvelle promotion, il devient capitaine de frégate. Second sur le croiseur Du-Chayla, il occupe le même poste sur le cuirassé Gaulois en 1901. Le 2 mai 1902, il prend le commandement de la défense mobile à Cherbourg. Il y commande également le bâtiment central l'Isis. En 1904, il commande à Lorient à la défense fixe alors que l'année précédente, il commande la Bombe. Capitaine de vaisseau en mai 1907, en 1908, il prend le commandement de la Marseillaise et le 29 décembre 1909, il est fait officier de la Légion d'Honneur. En 1912, il devient Major de la Marine du troisième arrondissement maritime à Lorient.
Contre-amiral en avril 1914, Gaston de Spitz est nommé Major général du premier arrondissement maritime à Cherbourg puis commandant de la division navale de Syrie en 1916. En avril 1917, il retrouve son poste de major général à Cherbourg. Fait Commandeur de la Légion d'Honneur le 10 juillet 1917, Il quitte le service actif en mars 1919. Il prend alors sa retraite à Lorient. Il est le dernier propriétaire du manoir de Saint-Uhel qui est réquisitionné par les Allemands et détruits par les bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale.

Appellation adoptée par délibération du conseil municipal du 10 octobre 1973.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut