Roland (rue Manon)


Rue située dans le quartier de Kerfichant, elle rejoint la rue Maximilien de Robespierre.

Manon Roland, née Jeanne Marie Philipon le 17 mars 1754 à Paris et y est guillotiné le 8 novembre 1793. Une figure de la Révolution française qui joue un rôle majeur au sein des Girondins puis des Romantiques. Toute sa vie, elle coopère au travail de son mari Jean-Marie Roland de La Platière. Grâce à ses relations dont Brissot ou Robespierre, son mari est nommé ministre de l'intérieur le 23 mars 1792. Il y dirige les bureaux de son mari. Lassé des attaques des partisans de Danton à qui elle voue une haine farouche, lson mari démissionne le 23 janvier 1793. Bien qu'alors éloigné du pouvoir, elle continue à mener une politique d'influence dans l'ombre. Le 31 mai 1783, au début de l'arrestation des Girondins, elle ne fuit pas comme son mari. Elle est arrêtée le lendemain à son domocile. Emprisonnée, elle écrit le 22 juin une lettre adressée à François Buzot où elle déclare : Les tyrans peuvent m’opprimer, mais m’avilir ? jamais, jamais. Jugée au matin du 8 novembre 1793, elle est guillotinée le soir même.

En savoir plus sur Manon Roland.

Une faute d'orthographe sur la plaque et dans le nom de famille de la délibération d'origine : Rolland écrit avec deux l au lieu d'un seul.                        

Appellation donnée par délibération du conseil municipal du 16 novembre 2006.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut