Stosskopf (rue ingénieur général)


Jacques Stosskopf est né à Paris le 27 novembre 1898 et décède le 1er septembre 1944. Polytechniciens, ingénieur à l'arsenal maritime de Lorient, par ses origines alsaciennes, il parle couramment allemand. Autoritaire, à l'aspect strict et froid, il est rapidement considéré par le personnel de l'arsenal comme un collaborateur vérifiant scrupuleusement toutes les tâches confiées aux ouvriers français par les Allemands. Les officiers de la Kriegsmarine s'habituent à la présence de l'ingénieur autour des alvéoles et des bassins, et lorsque la base de de sous-marins de Keroman devient opérationnelle à la fin de l'année 1941, ses relations privilégiées avec l'état-major ennemi lui permettent d'être l'un des rares français à pouvoir y pénétrer. Ni eux ni les Lorientais ne peuvent se douter qu'il travaille en fait pour la Résistance. Il est arrêté par le SD (Gestapo) le 21 février 1944 dans le cadre d’une vaste opération qui démantèle le réseau Alliance en Bretagne. D’abord envoyé au camp de Schirmeck, il est transféré au camp de concentration de Natzwiller-Struthof en Alsace où il est exécuté le 1er septembre 1944 d’une balle dans la nuque.
Ce n’est qu’en 1945 que sa famille, évacuée à Quimper, est informée de son sort. Jacques Stosskopf est élevé au grade de Commandeur de la Légion d’honneur par le général De Gaulle en octobre 1945.
En hommage, la base de sous-marins de Keroman, reçoit le 6 juillet 1946, le nom de Base de sous-marins Ingénieur général Jacques Stosskopf.

Pour en savoir plus sur Jacques Stosskopf, consulter sa notice biographique.

Dans la délibération de dénomination, afin d'alléger le nom de la voie, il est préciser rue Stosskopf et qu'il sera stipulé sur la plaque de rue, en dessous du nom, ingénieur général.

Appellation donnée par délibération du conseil municipal du 31 octobre 1959.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut