Gosset (rue Jean)


Jean Gosset est né le 6 décembre 1912 à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Professeur de philosophie à Brest (1936 - 1938) puis à Vendôme (1938 - 1941). Mobilisé en 1939, il réussit à s'échapper en Angleterre et échappe ainsi à l'emprisonnement en Allemage. Il revient en France en juin 1940 et est démobilisé en septembre. Il reprend son poste d'enseignant mais il obtient une bourse pour finir sa thèse. Il devient alors chargé de recherche au CNRS sous la direction de Gaston Bachelard. À partir de janvier 1942, il entre officiellement dans le mouvement de résistance Libération - Nord. Adjoint de Jean Cavaillès dans le réseau Cohors-Asturie, il devient chef du réseau à partir d'août 1943 quand Cavaillès se fait arrêter. Formé au parachutage en Angleterre, il a crée des maquis dans le Morbihan et des équipes de sabotage qui ont travaillé dans le Morbihan et dans la région parisienne. Le 20 février 1944, il participe au sabotage de l'usine d'armement Hotchkiss à Levallois-Perret. Arreté à Rennes le 25 avril 1944, il meurt en déportation au camp de Neuengamme le 21 décembre 1944. Il obtiendra plusieurs distinctions : chevalier de la légion d'Honneur, compagnon de la Libération (décret du 26 septmbre 1945), deux citations pour la Croix de guerre, médaille de la Résistance, la Military Cross (Angleterrre). La Belgique reconnaît également son engagement avec la Croix de Guerre, la médaille de la Résistance et sa nomiation en tant qu'officier de l'Ordre de la Couronne Royale.
Son nom est inscrit au Panthéon à Paris sur la plaque dédiée aux écrivains Morts pour la France.

Appellation adoptée par délibération du conseil municipal du 12 novembre 1971.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut