Duliscouët (rue Hyacinthe)


Rue située dans le quartier du Manio, elle relie la rue du Manio à la rue Mancel.

Yves-Marie Duliscouët, né le 20 février 1823 à Gestel, décède à Keryado le 19 août 1907. Son père Michel Marie (14/11/1785-14/02/1838), propriétaire cultivateur, tenait une ferme à Gestel
Le 20 juillet 1850, Yves-Marie épouse Angélique Le Doussal, originaire du village de Kerforn et décédée le 6 décembre 1880. Exerçant la profession de Boulanger propriétaire, il est le premier adjoint spécial de Keryado au sein du conseil municipal de Ploemeur. Fonction qu'il occupe à deux reprises : du 8 décembre 1878 au 9 janvier 1881 et du 18 mai 1884 au 24 mai 1885.

Son fils, Hyacinthe Jean Fleury Duliscouët est né à Ploemeur le 11 mars 1853 et décède à Keryado le 18 juillet 1907 à Lorient. Il soutient une thèse de doctorat Des usages thérapeutiques de l’eau de mer le 11 août 1879 devant la faculté de médecine de Paris. Le résultat de son travail qui fait 74 pages est imprimé et aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Nationale de France. Il s'engage dans la Marine et travaille notamment en Cochinchine en tant que médecin de la Marine lors d'une épidémie de choléra en 1883. Le 23 novembre 1886, il épouse Marie Marguerite Cavaillac avec qui il a huit enfants. Il s'établit comme médecin privé à Lorient en 1888. Il contracte la diphtérie en 1893 en soignant un enfant par aspiration. Domicilié au Manio à Keryado, il est élu conseiller municipal à Ploemeur en tant que représentant de la section de Keryado. Il est chargé en août 1898 d'étudier au sein d'une commission le projet d'érection de Keryado en commune. Le 29 janvier 1899, le rapport préconise la séparation d'avec Ploemeur : Son constat est sans appel : « Keryado comporte une agglomération considérable dont les intérêts économiques et moraux sont, de tous points, différents de ceux du reste de la commune de Ploemeur et souvent même opposés. ». Propriétaire au Manio de terrains hérités de son père, il en fait don à la commune de Keryado afin de pouvoir aménager la rue qui portera son nom. Le 21 juillet 1901, il est élu conseiller général du Morbihan. Docteur en médecine, chevalier de la Légion d’honneur, membre du conseil d’hygiène de Lorient et médecin du bureau de bienfaisance, il est souvent appelé Le médecin du pauvre.

Jean-Yves Duliscouët, né le 24 juin 1888, l’un des fils d’Hyacinthe, décède le 7 juillet 1915 à Strueth en Alsace à la suite d’un service commandé. En 1908, alors qu’il est exempté de service militaire, il est étudiant en médecine. Avant le conflit de la Première Guerre mondiale, il est domicilié au 3 cours de La Bôve à Lorient. Le 30 septembre 1914, il s’engage volontairement à Nantes pour la durée de la guerre. Il porte la mention Mort pour la France.

La dénomination est  ancienne mais il manque le registre des délibérations de la commune de Keryado sur cette période.

Appellation adoptée par délibération du conseil municipal du ...

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut