Bénéteau Dominique


Dominique Bénéteau ( ?-2016)
Directeur de l'hôpital Bodélio,

Dominique Bénéteau décède le 22 octobre 2016. Originaire de Touraine, Dominique Bénéteau issu d’une famille très modeste, travaille dès l'âge de 19 ans. Il commence sa carrière hospitalière en tant qu'assistant de direction au Centre Hospitalier de Cholet. Il est ensuite nommé directeur adjoint chargé des services économiques et des travaux au Centre Hospitalier de Rochefort-sur-Mer. Ensuite, il dirige le Centre hospitalier d'Aurillac de 1986 à 1991, le Centre Hospitalier Universitaire du Kremlin-Bicêtre de 1991 à 1994 puis le Centre Hospitalier Universitaire Saint-Antoine à l’assistance publique – Hôpitaux de Paris de 1995 à 1999. Le 1er septembre 1999, il prend la direction du Centre Hospitalier de Bretagne Sud à Lorient. Il occupe ce poste jusqu’à sa retraite en 2009.

Le poste le plus long de sa carrière et qu’il explique simplement : Je pensais rester là trois ou quatre ans. Finalement, ça aura été le plus long poste de ma carrière. J'ai eu des propositions très intéressantes, je les ai refusées. Je souhaitais mener jusqu'au bout ce que j'avais commencé ici. Aujourd'hui, la situation est claire, je peux partir sans créer de trouble important.

Rapidement, Dominique Béneteau, qui arrive dans un contexte perturbé par la fusion avec l’hôpital d’Hennebont, est convaincu que le mieux est de construire un nouvel hôpital sur un autre site. Ce projet qui lui tient à cœur, avait déjà été rejeté, une première fois par Pierre Bérégovoy puis par Simone Veil (ministre de la santé du 30 mars 1993 au 11 mai 1995). Homme de persuasion, il n’abandonne pas. Il dira : j'ai eu deux chances coup sur coup : le soutien d'Annie Podeur, la directrice de l'Agence régionale de l'hospitalisation (qui découvrait comme moi la situation lorientaise) et celui de Jean-Yves Le Drian. Par contre, je ne m'attendais pas à ce que le choix du site provoque un tel débat...

Le 21 janvier 2005, il pose la première pierre du Pôle Femme-Mère-Enfants à proximité du futur hôpital du Scorff pour une ouverture au premier octobre 2007. Parallèlement, le 2 décembre 2005, a lieu l’inauguration du nouveau centre d'addictologie à l'entrée du futur hôpital du Scorff (1 rue de la Rampe de l'Hôpital des Armées).

Directeur de la transition du site de Bodélio à celui du Scorff, le 15 mai 2009, il inaugure la première pierre de la deuxième tranche des travaux de l’hôpital du Scorff. Il souhaite rester en fonction jusqu'à la fermeture de la maternité du Ter, le 3 août 2009. Il demande au ministre de la Santé un congé spécial pour cesser d'exercer sa fonction avant d'être officiellement admis à la retraite. Le 1er janvier 2010, il quitte son poste et choisit, avec son épouse, de rester vivre à Lorient. C'est une ville que nous avons appris à aimer. Il y a quatre ans, quand j'ai été pressenti pour d'autres fonctions, ma femme m'a dit : vas-y, mais je reste vivre ici. Je n'y suis pas allé !

En plus de mission ponctuelle pour le ministère, il reste premier vice-président de la Mutuelle nationale des hospitaliers et président de la Mutuelle de prévoyance. Il dit alors : je conserverai ces fonctions un certain temps encore. La protection sociale des fonctionnaires connaît des réformes importantes, ce n'est pas le moment de partir.

Source : Yann Lukas.

La Fondation nehs Dominique Bénéteau, lancée en 2019 par la MNH (Mutuelle nationale des hospitaliers), a pour mission d’encourager et de favoriser le dialogue et la collaboration entre les femmes et les hommes, patients, familles, professionnels du soin, aidants et proches.

 

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut