Le Pallec Lucien


Lucien Le Pallec (1933-2014)

Lucien Le Pallec est né le 3 décembre 1933 au 33 rue du Parco, quartier du Polygone à Lorient et décède à Lorient le 27 août 2014.

" Lucien voit le jour le dimanche 3 décembre 1933 au 33 rue du Parco, dans le quartier du Polygone à Lorient. Son père est facteur et sa mère s'occupe du foyer où une petite fille y est née un an plus tôt.
Sa prime jeunesse se passe simplement et les champs aux alentours lui servent de terrain de jeu. Seule la masse imposante des bâtiments de la caserne Frébault lui masque l'horizon. La guerre vient perturber la vie des Lorientais. La famille de Lucien doit se résoudre à quitter les lieux et rejoindre des parents à Vannes. L'école n'avait lieu que par demi-journée et ce n'était pas pour lui déplaire. Aux études, il préfère les activités du patronage Clisson Korrigans.

Après la Libération, de retour à Lorient, la famille occupe une baraque américaine située square Nail à l'emplaement de l'actuel Mac Donald's [ancien Prisunic]. À l'école du Polygone, qe fréquente également son grand copain Georges Le Moil, Lucien obtient son certificat d'études primaires en 1947.

En 1949, Lucien, qui n'a pas encore 16 ans, entre à l'École des Mousses située sur le site du château du Dourdy à Loctudy. Son année écoulée, il rejoint Toulon, qui le verra effectuer quasiment toute sa carrière de marin. Ses différents embarquements lui font voir du pays mais aussi participer à des opérations de guerre comme en Indochine. Il racontait, non sans émotion, son affectation sur le porte-avions Arromanches, d'où décollaient sur Diên Biên Phu des avions qui ne reviendraient plus. Avant que la maladie ne survienne, Lucien a consacré ses dernières lignes d'écriture sur cet épisode tragique qui l'a très marqué.

Le 22 juillet 1955, il prend pour épouse Maryvonne Kerforne qui va lui donner deux fils, Georges né en 1956 et Philippe en 1960. Loin des leurs, qu'ils ne rejoignent qu'aux grandes vacances, Lucien et sa petite famille sont installés à La Seyne-sur-Mer près de Toulon. Ce n'est qu'en 1972 que Lucien décroche enfin une affectation à Lorient, à la Préfecture maritime à L'Hôtel Gabriel.

Major Timonier, il prend sa retraite à 51 ans en 1984. Dès sa retraite, Lucien a deux passions. Tout d'abord la musique, celle qu'on appelle la musique récréative, ou musique de genre et de divertissement. Il partage cette passion avec ses auditeurs du dimanche matin. En effet, il anime sur Radio Méduse, radio associative créée par Renée Conan, une émission durant laquelle, pendant près de deux heures, il enchaine des morceaux qu'il a sélectionnés.

Mais sa grande passion c'est l'histoire de Lorient et plus précisément des Lorientais.
Une carte postale sur Lorient dénichée aux puces de la Seyne-sur-Mer, puis deux, puis trois... et un environnement exceptionnel l'Hôtel gabriel lors de son affectation lorientaise, ont déclenché cet amour pour sa bonne Ville de Lorient. Que de temps passé à compulser la collection entière du quotidien du soir Le Nouvelliste du Morbihan au fonds breton de la Médiathèque, à glaner des informations aux Archives municipales de Lorient et aux Archives de la Marine.
Mais aussi en retour, que d'informations à pouvoir offrir autour de lui. Lucien était généreux et n'attendait rien en échange. C'était normal. Il se faisait un plaisir de répondre à toutes les demandes même si celles-ci étaient parfois complexes. Sa perspicacité et sa patience faisaient le reste.

Lucien, c'était la petite histoire de Lorient, celle du quotidien de nos ancêtres, celle qui contribue à la grande histoire. Il était précis dans tout ce qu'il avançait et se faisait un devoir de croiser et de vérifier ses informations avant de les communiquer. Il était si précis qu'un journaliste très connu écrivait : Lucien, si on lui demande à l'improviste ce qui s'est passé à Lorient le 17 septembre 1864, je suis presque sûr qu'il a une réponse disait l'un de ses amis. Et l'autre d'ajouter Non il en a plusieurs. Il faut lui préciser à quelle heure ...

En 1989, dès la création de l'Université du Temps Libre (UTL) du pays de Lorient Lucien devient un adéhérent très actif comme vice-président sous la présidence de Per Péron, de Madame (Henriette) Cougard et de Paul Huon. Mais à l'administratif, Lucien préfère, et de loin, s'impliquer dans l'un des premiers ateleirs de l'UTL : l'atelier Histoire du pays de Lorient. Dans la plupart des livres des deux collections de l'associaition : Au-delà des Remparts et Les Cahiers du Faouëdic, on relève sa signature de fouineur à partir des quotidiens lorientais, des archives municipales et des archives de la Marine mais aussi sa participation dans les corrections de projets d'ouvrages.
Il partageait cette passion avec ses amis du groupe histoire de l'Université du Temps Libre. Ce témoignage très récent résume ce qu'était Lucien : À mes yeux, c'est une personne qui ne peut laisser indifférent. Il est certain qu'il se faisait un devoir de toujours pouvoir être disponible à la moindre de nos demandes. j'ai aimé ses envies de partage, ses conseils, ses petites corrections pour le rétablissement de la vérité historique, sa volonté de transmission intergénérationnelle de la mémoire pour la grande et la petite Histoire, et sa volonté de transmettre ses souvenirs personnels et ses recherches pour ne pas oublier ce que fut le passé.

Parmi les nombreux ouvrages, auxquels il contribua, on relève plus particulièrement le livre qu'il coécrit en 2001 avac Armand Guillemot Lorient de ma jeunesse. la plupart des 182 cartes postales, photos ou documents figurant dans ce livre proviennent des collections de Lucien. "

Texte de Pierre Mayol, ami de Lucien Le Pallec.

Après son décès, ses enfants respectant la volonté de Lucien Le Pallec, font don à la Ville de Lorient de ses archives et dossiers documentaires, de sa collection de cartes postales anciennes, de sa bibliothèque et de sa discographie.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut