Olivier Jacques


Architecte de la Reconstruction

Jacques Olivier est né le 23 janvier 1913 à Paris. Attiré par une passion pour l’art et le travail sur les formes il est tenté par l’ébénisterie. Il suit les cours à l’école Boulle en compagnie de son ami Pierre Brunerie. Tout deux y découvrent leurs voies: l’architecture. Après avoir obtenu son diplôme en 1942, il décide de s’atteler à la tâche de la reconstruction et choisira Lorient en 1947. Appéciant les idées modernes, il se révèlle assez tôt comme l’un des plus progressiste parmis ceux qui ont rebâti la ville. Il se démarque par un vocabulaire épuré que peu oseront employé à l’époque. La forme extérieure de chaque bâtiment se devant d’être simple et claire. révellant de la manière la plus évidente la géométrie du lieu: ici un croisement, là une courbe ou une ponctuation. C’est la forme générale qui prévaut, refusant tout effet de style purement décoratif. Il fait simplement jouer la lumière sur les applats blancs, ne se permettant qu’un alignement de légers balcons ou d’une trame de points perçant la façade comme toute texture. Par ses formes blanches il sculpte la ville afin d’en clarifier la lecture. Cet aspect minimal de l’extérieur contraste très souvent avec la virtuosité de l’aménagement intérieur où il retrouve sa formation première d’ébéniste. Ici aussi les formes semblent également sculptées pour servir l’espace. Du volume d’une cage d’escalier, d’une cheminée se noyant dans la plastique d’un mur, ou d’une cloison de rangements, toutes pièces constituant l’habitat s’accompagne d’une profusion de détails réfléchis et soignés dans leurs réalisation. La plastique et le pratique se rejoignent pour le plaisir de l’habitant. Le chantier de Lorient lui donne l’occasion de satisfaire son esprit inventif. Il signe, seul ou en équipe, des projets importants dans la lecture de la ville. Notamment les quartiers nouveaux comme ceux de l’Eau-Courante ou de l’accompagnement du pont d’Oradour. C’est sans doute pour ses qualités de créateur de formes que l’urbaniste Georges TOURRY le désigne comme architecte d’opération de l’ensemble de la “Banane”, où ici encore il joue de la plastique urbaine. Il sera également à l’origine du quartier du Ter avec pierre Brunerie. Les liens d’amitié était un trait de son caractère. On lui reconnait également un humour pointu traduisant son regard sur les situations ou les personnes. Sa production s’éloigne qu’épisodiquement des environs de Lorient, il signera pourtant un grand nombre d’opération, notamment du coté de Guidel. Membre honoraire de l’Ordre des architectes, il s’était retiré dans sa maison du Quai des Indes, pour se consacrer pleinement à ses passions artistiques d’origine: la sculpture et la peinture.

© 2018 - Site officiel des Archives et du patrimoine de la Ville de Lorient

Retour en haut